8 mars 2003 : un lecteur nous signale le site de l'association Ada-France et .. une petite erreur. Le langage Ada s'acrit bien comme le prénom et pas ADA comme nous l'avions écrit, justement pour rappeler qu'il s'agit d'un prénom.

 

ADA, comtesse de Lovelace

Une belle femme, une femme du 19 ème siècle, comtesse de surcroît, cavalière émérite, fille d'une des figures les plus célèbres du romantisme, OK, c'était tout cela, Ada, et bien d'autres choses encore. Mais quel est le rapport avec l'informatique ??? Et comment cette Ada a-t-elle donné son nom à un langage de programmation ?

Ada naît le 10 décembre 1815 , à Piccadilly, de Lord et Lady Byron. Ce Lord Byron, célèbre "poète maudit" et symbole du romantisme, sa fille Ada ne l'aura jamais vraiment connu, puisque sa mère Annabella le quitte quand leur fille a à peine un mois. Il faut dire qu'il y a de quoi. Elle a en effet découvert une liaison incestueuse entre son mari et la demi-soeur de celui-ci, Augusta... Est-ce par réaction qu'elle cherche par tous les moyens à éloigner sa fille de la poésie, pour la pousser au contraire vers les mathématiques ? Elle n'y réussit pas tout à fait, si l'on en croit l'une des biographes d'Ada, qui la cite se décrivant comme "analyste -métaphysicienne" et écrivant à sa mère "Si vous ne pouvez me donner la poésie, pouvez-vous me donner la science poétique ?". Faux problème, puisque tous ceux qui s'intéressent de près aux Mathématiques savent à quel point cette science peut être poétique !

Le prof de maths d'Ada est loin d'être un inconnu : il s'agit d'Augustus de Morgan, auteur en 1830 des" Eléments d'arithmétique" , inventeur du terme "induction mathématique" définissant un type de raisonnement, auteur de "Calcul intégral et différentiel", réformateur de la logique, bref un monsieur assez trapu, mais pas dénué lui-même d'un certain sens poétique, puisqu'il se flattait d'être âgé de x ans en l'année x2 (soit 43 ans en 1849 = 43 au carré).

Forte de cette solide éducation , Ada rencontre à l'âge de 17 ans une femme remarquable, Mary Somerville, mathématicienne qui avait fait des expériences sur le magnétisme, s'était distinguée en traduisant les oeuvres du français Laplace et avait écrit elle-même un ouvrage sur la mécanique céleste. Mary s'intéresse à Ada et la pousse à poursuivre son éducation scientifique. C'est par elle qu' Ada rencontre celui qui deviendra son ami (et dont elle sera la muse) pendant la durée de sa courte vie, Charles Babbage, un autre mathématicien. Ce monsieur a inventé une machine à calculer d'un nouveau genre, qui n'est encore qu'à l'état de plan. Mais son concept original et novateur enthousiasme Ada qui devient le meilleur supporter de Babbage.

Parallèlement, à 19 ans , Ada épouse un monsieur King qui sera anobli plus tard sous le nom de Comte de Lovelace, et en a trois enfants. Cela ne l'empêche pas d'écrire l'article qui la rend célèbre parce qu'il contient ce que certains n'hésitent pas à appeler le premier "programme informatique". Il s'agit en fait à l'origine de la traduction d'un article italien d'un certain Menabrea, traitant de la machine de Babbage. Mais tellement complété de notes, expliqué, illustré d'exemples, qu'il fait trois fois la taille de l'original ! Dans cet article, Ada donne libre cours à son imagination poétique, et prédit l'utilisation de la machine de Babbage dans des domaines comme la composition musicale, ou la fabrication de graphiques , ce qui n'étonne plus personne aujourd'hui mais devait paraître complètement farfelu aux lecteurs de l'époque !

Elle suggère également à Babbage un plan, (le fameux "programme") permettant le calcul sans erreur des nombres de Bernouilli. Je rappelle aux mémoires défaillantes que les nombres de Bernouilli forment une suite dont le premier terme est 4 et qui est formée en multipliant par deux le nombre précédent et en soustrayant de 100 le produit lorsque le terme est supérieur à 100. On doit à Jacques Bernouilli la loi faible des grands nombres pour le jeu de pile ou face. Ada, qui en tant que passionnée de cheval jouait aux courses, croyait fermement qu'elle pouvait en prévoir les résultats par le calcul des probabilités, elle y a perdu beaucoup d'argent. Comme quoi, on a beau être scientifique, on n'est pas à l'abri des conneries.

A propos de la machine de Babbage, elle avait trouvé une jolie métaphore, en disant que les modèles algébriques étaient utilisés dans cette machine comme les modèles de dessins dans le métier à tisser de Jacquard.

La fin de l'histoire d'Ada n'est pas très gaie. Elle va mourir jeune, exactement comme son père, et au même âge que lui (36 ans) . Redécouverte dans les années 50, elle obtient une gloire posthume (mais méritée) quand le le Département de la Défense américain donne son nom, Ada, à un langage informatique en 1979.

E.C.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------8 mars 2003 : Lionel Draghi (président de l'association Ada-France) , nous signale son site http://www.ada-france.org/.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Retour